• Romans

    Coup de cœur  du moment :

    Le Totem du loup

    Le Manuscrit Inachevé

    Helena

    La Ville sans vent

     

    coup de coeur

  • La ChasseLa Chasse
    Gabriel Bergmoser
    Traduit de l'australien par Charles Recoursé
    Sonatine - 2021
    9782355848391 

    Résumé éditeur : Dans l’immensité sauvage d’une Australie écrasée sous un soleil de plomb, Frank s’occupe d’une petite station-service perdue au milieu de nulle part. Son quotidien solitaire n’est troublé que par le passage de quelques rares clients. Un jour, une voiture arrive en trombe. Une jeune femme en sort, fait quelques pas et s’écroule. Aidé par un couple de voyageurs, Frank tente de soigner les blessures de l’inconnue lorsque de mystérieux assaillants arrivent sur les lieux. Coupés du monde, les occupants de la station-service vont alors devoir faire face à un véritable siège.

     Mon avis : Si vous chercher un thriller qui tabasse, nerveux et où vous avez de fortes chances de faire une nuit blanche si vous le commencez le soir, vous êtes au bon endroit ! Bienvenu dans le bush australien ! Bienvenu au milieu de nulle part, dans une petite station service qui relit des villes à plusieurs heures de voitures les unes des autres. Frank voit son quotidien chamboulé et va se retrouver en plein siège de son propre commerce suite à l'arrivée d'une jeune femme ensanglantée. Les chapitres alternent son histoire à un "un peu plus tôt" où deux jeunes citadins se rencontrent dans un bars et décident de faire un road-trip dans l’Australie profonde...
    Ce court roman d'à peine 250 pages ne vous laisse pas indemne, dès le début il vous malmène. On sent qu'il va y avoir cette mauvaise rencontre qui va mal tourner. On ignore si la moitié ou même tout nos personnages vont survivre à cette horrible soirée au milieu de nulle part. L'écriture est incisive, nerveuse et oppressante, âmes sensibles passez évidemment votre chemin si vous ne souhaitez pas votre dose de sanglant. Gros coup de cœur pour ma part qui m'a fait l'effet d'une vraie bouffée d'air frais malgré la noirceur de l'intrigue. 


    votre commentaire
  • La Part du démonLa Part du démon
    Mathieu Lecerf
    La Bête Noire - 2021
    9782221240533 

    Résumé éditeur : Une religieuse sauvagement assassinée et mutilée, à Paris, ça n’arrive jamais. Pourtant, c’est la première affaire du lieutenant Esperanza Doloria à son arrivée au 36, rue du Bastion.Au couvent où enquêtent Esperanza et le capitaine Manuel de Almeida, la religieuse est décrite comme un ange. Et qui voudrait tuer un ange ? Mais un mystère plane autour d’elle. À l’orphelinat où elle enseignait, les enfants semblent terrorisés... Certains prétendent même subir de terrifiantes expériences médicales. Disent-ils la vérité ou sont-ils manipulés ?
    Esperanza se jette corps et âme dans cette enquête. Manuel, lui, est persuadé que seuls le sang-froid et la raison permettront de la résoudre. Se trompe-t-il ? Le grand patron de la brigade criminelle en est convaincu. Et bientôt Esperanza se retrouvera seule face à un complot démoniaque que le diable lui-même renierait...

     Mon avis :Un premier roman qui parle d'une nonne affreusement assassinée. Il ne m'en fallait pas plus pour me lancer, surtout que cela fait un petit moment que je n'avais rien lu de cet éditeur que j'affectionnais il y a quelques années. Si j'avais vu venir un personnage à 3km à la ronde et que le fond de l'histoire semblera assez commun aux gros lecteurs de polar, la construction est en revanche très atypique avec ces trois parties nous permettant trois points de vus et qui ne vous laisse pas indemnes arrivé à leur fin... Nous commençons par le premier jour de service d'Esperanza à Paris, la pauvre commence par un corps atrocement mutilé retrouvé dans le lac des Buttes Chaumont. Son nouveau partenaire et mentor lui donne du fils à retordre alternant chaud et froid à son encontre. Mais leur enquête va surtout les emmener sur des terrains glissants puisque nous allons rapidement découvrir que notre victime vient d'un couvent... Par ailleurs nous suivons également une deuxième enquête sur laquelle planche le frère du lieutenant Almeida, un journaliste qui n'a pas froid aux yeux pour faire éclater la vérité. Mais cette fois à quel prix réussira-t-il ?
    J'ai dévoré le début, laissé sur le cul à la fin de la première partie, j'avoue que j'étais un peu plus sur ma réserve sur la deuxième partie qui me donnait l'impression de prime abord de perdre mon temps puis vint la troisième, celle où toutes les réponses fuses pour le meilleur et surtout pour le pire. La fin laisse à présager une suite que je lirais avec joie après avoir retenu mon souffle dans cette spirale infernale qui pointe du doigts une affaire tentaculaire dont je n'aimerais pas y être mêlé de près ou de loin ...


    votre commentaire
  • Fox et le petit soldatFox et le petit soldat
    Sara Pennypacker
    Traduit de l'anglais par Faustina Fiore
    Gallimard Jeunesse - 2017
    9782070666317 

    Résumé éditeur : La guerre est imminente. Lorsque le père de Peter s'engage dans l'armée, il oblige son fils à abandonner Pax, le renard qu'il a élevé depuis le plus jeune âge et envoie le garçon vivre chez son grand-père à cinq cent kilomètres de là. Mais Peter s'enfuit à la recherche de son renard.Pendant ce temps, Pax affronte seul les dangers d'une nature sauvage et se trouve confronté à ceux de son espèce.
    Une voix d'auteur superbe à l'écriture cristalline et âpre, magnifiquement servie par les illustrations de Jon Klassen.

     Mon avis :Un roman jeunesse qui traînait dans ma pal depuis bien 2017/2018... Les multitudes de retours lectures m'ont fait attendre le bon moment car je m'attendais à pleurer toutes les larmes de mon corps durant cette histoire d'amitié entre un enfant et un petit renard séparés par la guerre. Au final j'étais bien loin de l'émotion qu'à pu me procurer le film Cheval de Guerre ou encore L'enfant et le renard sur le même thème, mon petit coeur remercie l'auteure. Alors oui, moi qui suit une adepte des histoires animalières, je pensais que j'allais littéralement chialer au vu du pitch mais en fait pas du tout ! Déjà parce que nous commençons par la séparation... ou très exactement l'abandon forcé de Pax en pleine forêt par son petit maitre Peter... On sent que c'est dur pour cet enfant, résigné à obéir à son papa qui l'éloigne de la guerre en l'envoyant chez son grand-père. Le récit s'organise en alternance du point de vu de Pax et celui de Peter qui va décider de fuguer pour aller chercher malgré tout son renard. Si le retour à la vie sauvage s'avère compliqué pour un goupil élevé par les humains, la dure réalité de la vie s'offre aussi à Peter au grès des rencontres qu'il fera. Je n'en dis pas plus si ce n'est qu'en effet, un enfant de 9 ans peut sans problème le lire, que c'est très beau, que les réflexions sur la guerre sont très intéressantes et rassurez-vous cette guerre on l'attend mais le récit ne se passe pas en plein milieu des combats - ce dont j'avais un peu peur - mais nous donne quand même quelques scènes qui feront verser sa petite larmes pour les sensibles comme moi.


    votre commentaire
  • C'est l'Inuit qui gardera le souvenir du BlancC'est l'Inuit qui gardera le souvenir du Blanc
    Lilian Bathelot
    Pocket - 2020
    9782266307451 

    Résumé éditeur : 2089, dans une société hypertechnologique, tous les habitants de la planète sont reliés au réseau de surveillance de leur zone gouvernementale. Les territoires inuits, pourtant, ne suivent pas la règle commune ; là, pas de surveillance, une certaine liberté et de grands espaces sauvages où l’on peut retrouver la nature et des gestes ataviques. Les gouvernements planétaires tentent désespérément de trouver une parade à cette indépendance qui a, semble-t-il, fort à voir avec les narvals, et leur sonar si particulier. La jeune chercheuse inuit Kisimiippunga vient de terminer le rite ancestral de la Première Chasse. Alors qu’elle est seule au milieu de nulle part, elle voit surgir un traîneau sur lequel elle découvre un Européen blessé. Qui est-il et que vient-il faire ici ?

     Mon avis :Un roman dystopique très court avec ses 250 pages qui nous conduit vers un futur où le monde a été écrasé par la technologie de pointe. D'un côté, le G30 composé des pays riches où les grandes villes ont des individus implant de puces hyperconnectées permettant d'être suivi, connecté et tracé n'importe où et qui permet d'appréhender les criminels avant même qu'ils ne commentent un crime. De l'autre, certains pays et zones ont renié cette pratique et sont appelées zone-franches. Les personnes qui y naissent ne sont pas implantés de ces puces dès la naissance et jouissent d'une liberté se limitant aux multiples caméras et drones qui contrôle la zone. D'un côté nous suivons une jeune chercheuse inuit qui pratique la cérémonie du passage à l'age adulte dans les plaines groenlandaises selon la tradition ancestrale et de l'autre nous suivons Damien, un policier de la sureté de Montpellier qui va devoir enquêter sur son ex-coéquipier qui a disparu de la surface du monde malgré son implant en emportant toutes ses recherches sur un sujet sensible pour le G30. D'un coté l'immensité blanche et sauvage, de l'autre la sur-technologie qui permet d'un bouton d'éradiquer toute forme de vie sur des kilomètres à la ronde... Mais la liberté n'a pas dit son dernier mot et l'humanité non implantée s'organise avec ce que la nature lui a donné pour riposter. J'ai beaucoup aimé les réflexions abordées par l'auteur même si j'aurais aimé en savoir plus, pouvoir assister à l'après, au fameux sommet dont les enjeux qui y sont liés forment l'arc narratif.


    votre commentaire
  • La Chair de sa chairLa Chair de sa chair
    Claire Favan
    Harper Collins - 2021
    9791033908302 

    Résumé éditeur : Moira O’Donnell c’est, derrière le feu des boucles rousses et l’énergie inépuisable, une femme qui lutte pour garder la tête hors de l’eau.C’est une vie d’adulte démarrée trop tôt.Ce sont trois gamins livrés à eux-mêmes et autant de boulots cumulés pour les nourrir.
    Ce sont des pères absents  : le premier, incarcéré le plus longtemps possible, croit-elle, et le second, suicidé.C’est une culpabilité sans fin.
    Moira O’Donnell, c’est la solitude d’une mère de famille dure au mal qui se bat, tombe et renaît. Pour ses enfants. Et avec eux. À la vie, à la mort.Chaque semaine, elle achète un ticket de loterie en rêvant à une vie meilleure. Mais les services sociaux ont d’autres projets pour elle… Et un problème n’arrivant jamais seul, l’équilibre précaire qu’elle pensait avoir créé vire bientôt à la tragédie.

     Mon avis :Claire Favan frappe fort et nous fait passer par toute une palette d'émotions dans son nouveau thriller. Âme sensible passez votre chemin car vous ne serez en rien épargné par l'auteure... La famille est ce qu'on possède de plus précieux. Pourtant sur certaines le mal semble s'acharner... Moira a toujours voulu ne pas répéter les erreurs de sa mère. Pourtant elle tombe enceinte à 16 ans du jeune Peter et se retrouve en couple avec un dealer notoire qui la bat et fait de sa vie un enfer. Lors d'une de leur dispute, son enfant de 6 ans s'interpose et poignarde son propre père, permettant à la police de le mettre à l'ombre pour longtemps. Si l'on espère que cela permettra à cette famille de grimper vers le haut nous découvrons avec un petit pincement au cœur que le sort s'acharne beaucoup sur eux... En effet plusieurs années plus tard, Moira cumule trois boulots de misères et son ainé élève comme il peut son petit frère et sa petite sœur issu d'un mariage dont le mari s'est suicidé juste avant que l'on diagnostique la cadette atteinte de mucoviscidose... Je vous avais prévenu ! Alors de quoi ça parle autrement que de cette famille uni dans le désarroi ?  Tout va voler en éclat lorsque dans la même journée la jeune mère apprend que son ex compagnon va bientôt de sortir de prison et que les services sociaux ont décidé de mener une enquête sur ses enfants.... Je n'en dis pas plus mais en trois parties mettant l'accent sur chacun de ses enfants nous découvrons l'effroi, le Mal, mais surtout cet amour inconditionnel qui rend aveugle de tout pour le meilleur mais surtout pour le pire... J'ai dévoré cette histoire comme tous ses précédents, sentant le petit moment où tout va partir en vrille, espérant préserver certains personnages pour les sauver de l'injustice qu'ils vont vivre sans avoir la moindre chance de se défendre, mais non, l'auteure a décidé que jusqu'à la fin votre petit cœur d’artichaut et votre soif de justice ne sera pas épargné et que notre société n'est en rien tourné vers la découverte de la vérité quitte à laisser le Mal indicible broyer des vies....
    Dites bonjours à vos futures nuits blanches et préparez-vous un soutien émotionnel pour digérer ce thriller mené comme toujours d'une main de maitre.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique