• Romans

    Coup de cœur  du moment :

    Le Totem du loup

    Le Manuscrit Inachevé

    Helena

    Surface

     

    coup de coeur

  • Le SignalLe Signal
    Maxime Chattam
    Albin Michel - 2018
    9782226319487  

    Résumé de quatrième de couverture : La famille Spencer vient de s’installer à Mahingan Falls. Jusqu'ici tout va bien. Un vrai paradis.
    Si ce n'étaient ces
    vieilles rumeurs de sorcellerie, ces communications téléphoniques brouillées par des cris inhumains, ce quelque chose d’effrayant dans la forêt qui pourchasse leurs adolescents, et ce shérif complètement dépassé par des crimes horribles.

    Avez-vous déjà eu vraiment peur en lisant un livre ?

    Mon avis : Mon premier Maxime Chattam, et peut-être pas le dernier. Adorant les films d'angoisses et d'horreurs, ce premier titre nous promettant une vraie peur m'a occupé quasiment quinze jours. Si le début m'a complètement emballée et m'a flanquée une ou deux bonnes grosses frousses j'ai eu beaucoup de mal à avancer avec autant d'avidité dans le dernier tiers.
    Le Signal mène avec un certain art du page-turner l'arrivée de la famille Spencer dans une charmante petite ville où d'horribles et inexplicables disparitions vont peu à peu subvenir pour nous flanquer un sacré doute sur une créature ou une entité qui est sans aucun doute malveillante. Si vous n'êtes pas du tout habitué(e) à ce genre, vous allez sûrement aller jusqu'au coup de cœur, si vous êtes avec déjà lu pas mal de Stephen King ou possédez un certains répertoire niveau film d'horreur ça sera clairement une autre histoire... Pour ma part j'ai tenté de ne pas trop faire attention aux nombreux clins d’œil et références que Chattam a fait pour justement vraiment apprécier l'histoire en elle-même. Ça a marché au début, pour petit à petit se muer en une certaine longueur où certains actes sont su des kilomètres en avant puisque ce sont les fameux chapitres nous faisant entrer dans le quotidien de tel ou tel résident de Mihigan Falls inconnu au bataillon et là on sait direct que cette personne y vit ses derniers instants. Dans l'ensemble j'ai trouvé cela très sympa mais malheureusement j'ai trouvé que certaines mini intriguent ne faisaient au final que ralentir l'avancée de l'histoire principale et que certains comportements étaient un peu trop aberrants pour me paraitre réalistes au niveau des adultes.
    Du coup une semaine s'est écoulée avant de me remettre à ce dernier tiers du roman, était-ce peut-être aussi la faute à ma fatigue mais j'ai eu un petit moment de flottement avant le grand bouquet final qui m'angoissait tant à la lecture du début et qui pourtant m'a embarqué mais sans plus, avec une petite impression de déjà vu pour certaines scènes. J'avoue que certaines morts m'ont choqué parce que je ne m'attendais pas du tout à voir mourir ce personnage, mais sinon j'étais bien loin de la peur au ventre et l'insomnie post lecture à laquelle je m'attendais...

    Pour résumer je dirais donc que ce roman est un bon page-turner qui rompt certains codes par rapport aux films catastrophes habituels mais sans pour autant que la fin m'ait vraiment marqué. Je pense qu'il plaira beaucoup plus à un novice en matière de roman d'horreur qui n'a pas encore lu ou vu beaucoup de films du genre qu'à un lecteur déjà expérimenté en la matière.


    votre commentaire
  • Mortal Engines - 2 L'or du prédateurMortal Engines - 2 L'or du prédateur
    Philip Reeve
    Traduit de l'anglais par Luc Rigoureau
    Gallimard Jeunesse - 2018
    978207511554
    Autres volumes du même cycle : 1 Mécaniques fatales

    Résumé de quatrième de couverture :  Depuis qu'ils ont fui Londres en cendres, Tom et Hester voyagent à bord du Jenny Haniver. Traqué, le jeune couple se réfugie à Anchorage, une ville dévastée, hantée par les fantômes et les secrets.

    Mon avis : Encore une saga dont il m'a fallu une cinquantaine de page pour remettre les personnages (tome 1 lu en 2018...) Mortal Engines est pour moi une saga qui mériterait tellement d'être plus connue tant son univers est sympathique et bien développé !
    Dans ce tome 2 nous retrouvons Esther et Tom deux ans après les événements du premier volet. Mais cette fois-ci nous sommes aussi à bord de la ville d'Anchorage en suivant aussi la jeune Margravine , souveraine d'une ville riche et pourtant déserte suite à une épidémie foudroyante. Les chemins de nos trois personnages vont évidemment se recouper autour d'un professeur, connu pour ses livres relatant son exploration d'une Amérique toujours intacte et épargné contrairement aux dires de tous à savoir : cette contrée se nomme aujourd'hui "Terre morte". Voilà donc le but de cet ouvrage mais surtout la découverte de nouveaux clans qui pourraient remettre tout l'univers des villes en question mais cela, nos personnages vont le découvrir bien malgré eux...
    Ce volet se termine sur ce qui pourrait ressembler à une fin même si pour ma part j'en voudrais plus ! L'auteur ne nous laisse que peu de répit et les pages défilent toutes seules tant l'univers est bien décrit et bourré d'actions. J'ai adoré et suis triste d'apprendre que les deux autres tomes n'ont pas été réédité dans cette magnifique édition... Ils existent cependant dans une ancienne édition en poche mais se déroule si je ne me trompe pas bien des années après.


    votre commentaire
  • Le DiscoursLe Discours
    Fabrice Caro
    Gallimard - 2018
    9782072818493

    Résumé éditeur :  «Tu sais, ça ferait très plaisir à ta sœur si tu faisais un petit discours le jour de la cérémonie
    C’est le début d’un dîner de famille pendant lequel Adrien, la quarantaine déprimée, attend désespérément une réponse au message qu’il vient d’envoyer à son ex. Entre le gratin dauphinois et les amorces de discours, toutes plus absurdes les unes que les autres, se dessine un itinéraire sentimental touchant et désabusé, digne des meilleures comédies romantiques. Un récit savamment construit où le rire le dispute à l’émotion.

    Mon avis : Un roman écrit par l'incroyable auteur de BD Fabcaro. Incroyable dans le sens incroyablement bidonnant et pourtant j'ai trouvé ce roman nettement moins percutant que ses œuvres graphiques.
    Alors de quoi parle ce fameux discours ? Nous suivons Adrien dans son naufrage amoureux en plein repas familial. Notre quadragénaire vient en effet d'être promu en charge du discours pour le mariage de sa sœur. Sa sœur qu'il ne connait absolument pas depuis que chacun est devenu adulte... Et surtout Adrien n'en a strictement rien à faire d'être ici, à ce repas. Il a craqué avant de venir, notre homme brisé par sa fin de relation s'est permis de renvoyer un message à son ex petite-amie et n'espère qu'une chose : obtenir une réponse à son message de 17h24.
    Si vous pensez vous plier en deux comme sur ses BD, savoir si à la fin de ce livre il se remet avec son ex et surtout la teneur finale de ce fameux discours le jour du mariage, passez vraiment votre chemin ! L'auteur nous propose une histoire dont la finalité n'est pas la clé mais plutôt une fresque de notre société le temps d'un repas de famille. Et c'est pour cet aspect que ce roman tel un huit-clos est intéressant : la nature humaine restera toujours une grande fumisterie surtout quand il s'agit d'un homme amoureux complètement à bout. Notre cher héro devient complètement fou d'impatience, dans cette attente inespérée d'une réponse. Il va à partir de là nous faire part de ses théories, son ressenti, imaginer ce qui peut bien se passer dans la tête de Sonia, de sa mère, de sa sœur qui lui offre à chaque anniversaire une encyclopédie dont il n'a que faire mais pour laquelle jamais au grand jamais il n'avouera à cette dernière que le cadeau lui déplait.
    C'est ici qu'on retrouve l'incroyable Fabcaro avec ce verbe complètement halluciné et cette soirée qui s'éternise sans laisser la moindre chance à notre personnage de s'exprimer clairement et d'être lui-même. Ce côté-ci est en revanche drôle et ultra intéressant bien que j'avoue y avoir trouvé quelques longueurs, m'attendant peut-être à un peu plus à de scènes cocasses...


    votre commentaire
  • Il était deux foisIl était deux fois
    Franck Thilliez
    Fleuve Noir - 2020
    9782265144279

    Résumé de quatrième de couverture :  En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…
    Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…

    Mon avis : Comme vous le savez je ne me lasse pas de cet auteur et surtout de ces one-shot ! Pour Il était deux fois, j'ai été d'autant plus surprise qu'il peut se lire comme un diptyque avec Le Manuscrit Inachevé. Attention donc car autant il n'est pas nécessaire d'avoir lu ce dernier pour lire Il était deux fois, en revanche le contraire n'est pas possible car on vous révèle la fin du Manuscrit Inachevé pendant la lecture...
    Dans ce nouveau roman, il est aussi question de disparitions d'adolescentes mais cette fois, le papa concerné est gendarme. Alors que sa fille vient de disparaitre, ses recherches l'amène à passer la nuit dans un hôtel où sa fille a plusieurs fois travaillé. Mais à son réveil, nous ne sommes plus en 2008 mais en 2020, Gabriel Moscato ne se reconnait plus et découvre avec surprise que sa vie a complètement dérapé depuis la disparition de sa femme. Les médecins évoquent une amnésie suite à un choc psychologique, pourtant à son réveil il était seul, et un cadavre de jeune femme a été retrouvé dans une mise à mort plutôt atroce. Quel lien pouvait-il avoir avec cette inconnue ? Qu'a-t-il bien pu découvrir concernant sa fille pour que son cerveau se bloque au point de lui faire tout oublier ? Honnêtement j'ai été bluffé du début à la fin tant cette enquête menée à la fois par Gabriel et son ancien équipier Paul m'ont mise mal à l'aise et possède une noirceur absolue ! Heureusement que de tels monstres n'existent que dans l'imagination de notre Franck Thilliez sinon je ne suis par prête d'avoir des enfants ! Amateurs d'arts, cette enquêtes pourrait bien vous faire réfléchir à deux fois sur l'achat de certaines œuvres...


    votre commentaire
  • Les Amours d'AlfrédLes Amours d'Alfréd
    Maude Mihami
    Nil - 2019
    9782378910266 

    Résumé éditeur : 1970, Le Camboudin, petit village breton. Alfréd, 10 ans, a toujours un prénom dont l’accent aigu lui déplaît mais désormais un chien dénommé Biscotte, une tante à qui emprunter de la lecture, une mère qui picole un peu moins et un grand-père qui tient toujours à lui comme à la prunelle de ses yeux. Il adore autant traîner au bistrot avec ses copains, une joyeuse bande de vieux qui lui apprennent la vie, que de faire des gâteaux avec Nénette.
    Mais le jour où une nouvelle institutrice, Mlle Annie, arrive à l’école, rien ne va pas plus au Camboudin : le cœur d’Alfréd s’emballe – et avec lui celui des autres habitants. Alfred-le-Vieux finira-t-il par déclarer sa flamme à Victoire ? Odette restera-t-elle célibataire ? Et quid de Roger, disparu il y a longtemps, mais dont l’âme semble être enfermée dans une urne au bistrot ?
    Quand l’amour se mêle à la trouspignôle, c’est toute la vie du village qui est chamboulée.

     Mon avis : Après Les Dix Vœux d'Alfréd, j'ai commencé ce nouvel opus avec un grand besoin de détente et de fraicheur.  J'ai adoré retrouver nos deux Alfred et toute la communauté du Camboudin, voir l'évolution des relations de certains personnages et surtout ce tome sous le signe des premiers amours que l'on soit enfant ou dans la force de l'âge.
    Pour notre jeune Alfréd ce premier coup de foudre vient pour la nouvelle maitresse arrivée à la hâte en fin d'année scolaire pour qui il serait prêt à tout. Pour son papy il s'agit plus de parler enfin avec son amour de jeunesse dont une question le taraude : qui est le père de l'enfant de Victoire. Le plus grand secret de sa meilleure amie et dont personne dans le Camboudin n'a jamais rien su.  Pour ce roman la grande nouveautée réside dans la voix donnée à Roger, le frère décédé du barman dont l'urne entreposée derrière le bar lui permet depuis des années de suivre ses amis de toujours et s'amuser des situations présentes. Ce dernier va avoir une très large place car son cher frère va prendre une très grande décision le concernant : celle de la vérité. J'ai vraiment adoré baigner dans cette bienveillance faite de farces et de vieilles rancunes de petits vieux, faisant de ce roman un très bon livre de détente pour qui veut se vider la tête. Je regrette un peu néanmoins l'humour très présent dans le premier volume et plus absent dans celui-ci.
    En soit rien ne vous empêche de lire ce roman si vous n'avez pas lu le premier car tout est amené avec une très grand fluidité et simplicité permettant de tout comprendre des liens qui unissent cette bande de copains au reste de la famille d'Alfréd.  Néanmoins la fin nous laisse présager une continuité directe avec le prochain titre de l'auteure sortie cette année : Du rififi au Camboudin.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique