• Romans

    Coup de cœur  du moment :

    Le Totem du loup

    Helena

    La Ville sans vent

    Vindicta

     

    coup de coeur

  • Mon Bel OrangerMon Bel Oranger
    José Mauro de Vasconcelos
    Traduit du brésilien par Alice Raillard
    Livre de poche jeunesse - 2014
    9782010009143 

    Résumé de quatrième de couverture : Tout le monde bat Zézé et lui dit qu'il est le diable...Mais ange ou démon, à cinq ans,  Zézé a un secret : un oranger, le seul confident de ses rêves, qui l'écoute et lui répond.

    Mon avis : Un classique écrit en 1969 et aujourd’hui introuvable en France à part dans cette édition jeunesse. J'avoue qu'il ne m'a jamais attiré plus que cela et je m'y suis plongée seulement par hasard total (ma tante m'a demandé de lui trouver un exemplaire). Nous sommes au Brésil dans un petite ville où vit Zézé, cinq ans et sa famille. Sa vie est loin d'être drôle puisque d'une part il est très en avance pour son âge et d'autre part sa famille est très pauvre depuis que son père a perdu son travail. Alors qu'il déménage pour une maison plus petite, l'enfant à l'imagination débordante se prend d'amitié avec un arbre du jardin qui lui répond lorsqu'il vient lui raconter sa journée. Mon bel oranger est un roman dur qui parle de pauvreté mais surtout de la violence avec laquelle cet enfant se fait battre et se retrouve totalement exclus de sa famille qui ne comprend pas l'enfant qu'il est. Je vous avoue qu'au début je ne comprenais pas ce que ce livre avait de si spécial pour en faire un classique et puis sont venus les cent dernières pages. Je n'en dis pas plus mais le récit est extrêmement émouvant et je ne vous cache pas que j'ai pleuré plus d'une fois devant tant de dureté et le peu de douceur que Zézé va découvrir d'une amitié tout aussi improbable que parler à son oranger...


    votre commentaire
  • Vent blanc, cavalier noirVent blanc, cavalier noir
    Luke Rhinehart
    Traduit de l'américain par Francis Guèvremont
    Aux Forges Vulcain - 2021
    9782373050646 

    Résumé de quatrième de couverture : Matari, qui s’était enfoncée dans la nuit neigeuse dans l’espoir d’y mourir, est sauvée et recueillie par Oboko, un poète et moine bouddhiste. Honneur, poésie, philosophie, amour s’affrontent dans ce huis clos où Luke Rhinehart, en rendant hommage aux Sept samourais du cinéaste japonais Akira Kurosawa, parvient, comme dans nul autre roman dans son œuvre, à exprimer la nécessité existentielle du détachement de soi, comme seul voie, dans un monde où tout est vain, et destiné à mourir, pour connaître la joie, les rires, l’amitié et l’amour.

    Mon avis : Je continue l'exploration de cette rentrée avec un titre d'un auteur énigmatique puisqu'il a écrit le très connu : L'Homme Dé. Ce roman est son deuxième paru aux États-Unis. Je vous avoue que cette lecture qui de prime abord m'avait l'air contemplative et ennuyeuse en lisant le résumé m'a fait finalement un bien fou. Tel un bon bol d'air frais, l'auteur nous entraîne dans un voyage que l'on est pas prêt d'oublier dans le Japon du XVIIIe. Nous sommes dans un vieux temple abandonné, où 2 poètes se retrouvent le temps d'une tempête de neige. Alors que les réflexions philosophiques et l'alcool vont bon train, leur nuit est chamboulée par l'arrivée de la magnifique Matari. Seuls, au milieu de cette montagne, les deux hommes comprennent immédiatement que la jeune femme à fui quelque chose au point de se déplacer seule sans ses suivantes. Plutôt que d'éviter tout problème avec le seigneur du village situé au pied de la montagne, les deux comparses vont décider d'aider la jeune femme à leur risque et péril. Ce roman est agréable à lire car il se lit plus comme une ballade faite de réflexions philosophiques et de moment caustique que comme une course contre la montre avec le seigneur Arishi. Il y a une certaine légèreté qui rend le tout poétique avec des descriptions très cinématographique. Cette quête sans retour pour nos trois personnages nous invite à aborder la destiné, et le détachement de soi de bout en bout. Une petite immersion dans ce Japon enneigé que j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir.


    votre commentaire
  • Les soeurs de MontmortsLes sœurs de Montmorts
    Jérôme Loubry
    Calmann Levy - 2021
    9782702180068 

    Résumé de quatrième de couverture : Novembre 2021. Julien Perrault vient d’être nommé chef de la police de Montmorts, village isolé desservi par une unique route. Alors qu’il s’imaginait atterrir au bout du monde, il découvre un endroit cossu, aux rues d’une propreté immaculée, et équipé d’un système de surveillance dernier cri. Mais quelque chose détonne dans cette atmosphère trop calme. Est-ce la silhouette menaçante de la montagne des Morts qui surplombe le village ? Les voix et les superstitions qui hantent les habitants ? Les décès violents qui jalonnent l’histoire des lieux ?

    Mon avis : Comme vous le savez, j'adore depuis peu cet auteur et je ne rate pas ses nouvelles sorties. Pour ce nouveau roman, Jérôme Loubry fait très fort et joue avec nous des premières à la dernière page. Nous sommes avec Camille, dans une voiture pour couvrir le scoop du siècle concernant un petit village des montagnes françaises. Pendant son trajet, elle va lire un document contenant le déroulé de la tuerie du village de Montmorts. Ce petite village niché au pied d'une montagne maudite doit son nom à toutes les sorcières balancées à ses bords aux siècles passés. C'est ainsi que nous découvrons les événements, par ces documents et par les yeux de Julien, qui débarque dans cette bourgade suite à une mutation au poste de police. Le jeune homme est d'abord étonné par la propreté et les équipements derniers cris dont la ville dispose avant que cette sensation de trop parfait ne se mue en un malaise persistant sur des événements inexpliqués causant dans leur sillage la mort et la folie... Je n'en dis pas plus, si ce n'est que ce roman est monté tel un puzzle et que les lecteurs qui n'aiment pas l'ésotérisme se rassurent, ce n'est pas le propos de ce polar même si il m'a donné quelques sueurs froides sur certains passages.


    votre commentaire
  • Six pieds sur TerreSix pieds sur Terre
    Antoine Dole
    Robert Laffont (Collection L'incendie) - 2021
    9782221255605 

    Résumé de quatrième de couverture : Sans le savoir, Camille et Jérémy marchent l’un vers l’autre depuis leur naissance. Devenus adultes, ils s’aiment sans parvenir à être heureux ensemble, Jérémy s’efforçant de cacher à Camille les ombres qui le hantent. Le jour où Camille lui confie le désir de porter leur enfant, Jérémy ne parvient plus à tenir debout face aux possibles sur le point de s’écrire. La perspective de devenir père convoque lentement toutes les morts, car comment donner la vie quand on peine soi-même à trouver sa place parmi les vivants ?

    Mon avis : Mon premier roman d'Antoine Dole et surement pas le dernier. De prime abord le sujet me semblait hyper nombriliste, et ne souhaitant moi-même pas d'enfant pour le moment, j'avais un peu peur de m'ennuyer ferme sur cet ouvrage. Pourtant, dès les premières pages j'ai été touché par la justesse qui anime ses personnages face à leur démon. Nous suivons en six actes le parcours de Camille et Jeremy, deux êtres cabossés par la vie et incapables de montrer leur attachement l'un à l'autre. Nous les suivons d'abord dans leur jeunesse avant de les retrouver ensemble alors que Camille souhaite faire un bébé tandis Jeremy est obnubilé par la tache du plafond de leur appartement... Personnellement l'écriture de l'auteur m'a tout de suite emporté et les réflexions des personnages ont fait rapidement écho en moi. Je me suis souvent retrouvée dans certains agissements que j'ai eu pour ma part plus jeune et forcément j'ai été très touché par cet instant de vie où aucun des deux ne maitrisaient pas vraiment ce qu'il voulait de l'autre. J'ai trouvé Antoine Dole très juste dans la description des sentiments et des réactions de ses personnages même si Jeremy est clairement antipathique et déprimant à mourir. Le sujet n'était pas facile puisque chacun est marqué par son passé et que l'envie ou non d'avoir des enfants est forcément influencée par notre propre enfance.. Un premier roman pour adulte que j'ai adoré découvrir et qui m'a bien donné envie de découvrir les romans ado que l'auteur à faire par le passé !


    votre commentaire
  • Le Goût du danger - Livre 3Le Goût du danger - Livre 3
    Erin Beaty
    Traduit de l'américain par Marie Kempf
    Lumen - 2019
    9782371022454
    Autres volumes du même cycle :  La Couleur du mensongeLe Parfum de la trahison

    Résumé éditeur : Sage Fowler, entremetteuse et espionne prodige, est désormais ambassadrice du royaume auprès du pays voisin de Casmun. Quelques mois après la bataille où elle a été gravement brûlée, elle se voit confier la mission de représenter le roi Raymond au cours de pourparlers avec Kimisara, leur ennemi de toujours. 
    Que de chemin parcouru pour l'ancienne tutrice des enfants royaux, à présent fiancée au capitaine Quinn... Mais face à des interlocuteurs réticents voire hostiles, la tâche s'annonce des plus ardues. D'autant que la reine de Kimisara, devenue régente depuis la mort de son époux, n'est pas dans une position idéale pour négocier... Et que nombreux sont ceux qui seraient ravis de la voir tomber.

    Mon avis : Un trilogie qui se clôt de manière très attendue et classique mais qui fut pour moi un énorme coup de cœur. Comme pour les précédents, j'ai adoré suivre Sage dans de nouvelles aventures au cœur de complots politiques pouvant détruire son pays. Après le Casmun, les voilà à préparer un traité de paix avec leur pire ennemi : les Kimisars. Et dans ce tome, la condition des femmes est largement à l'honneur puisque nous suivons plusieurs destins très différents de ceux de notre ambassadrice : celui de sa meilleur amie Clare, celui de la Reine du Kimisar et quelques part aussi de la sœurs déchue de Clare dont le mari a conspiré contre le royaume avant de disparaitre dans le tome 1. J'ai trouvé ce tome intéressant, aussi fluide que les autres, je l'ai dévoré une fois lancé dedans et je ne m'explique toujours pas cet énorme coup de cœur. D'habitude les histoires d'amour me lassent assez vite, là j'ai adoré Quinn et Sage du début à la fin !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique