• Kiki la petite sorcièreKiki la petite sorcière
    Eiko Kadono
    Traduit du japonais par Déborah Pierret Watanabe
    Ynnis - 2019
    9782330096953

    Résumé éditeur :  Dans ce premier tome de Kiki la petite sorcière, découvrez les premiers pas de cette héroïne iconique au travers de l’œuvre magique d’Eiko Kadono, à l’origine du chef-d’œuvre de l’animation japonaise de Hayao Miyazaki. Eiko Kadono a reçu le prestigieux prix d’écriture pour la jeunesse Hans Christian Andersen 2018.
    Kiki rêve parfois d’une vie normale, seulement voilà, la jeune fille est loin d'être une adolescente comme les autres !
    Elle a maintenant 13 ans et, comme l'ont fait toutes les sorcières, elle doit partir arrive et, comme pour toutes les sorcières, elle doit partir à l'aventure ! À la fois excitée et nerveuse, Kiki enfourche son balai et met le cap loin vers la mer. Mais débarquée dans la ville Koriko, elle se rend compte que les sorcières ne sont pas les bienvenues partout...
    Avec pour alliés son meilleur ami, Jiji, un chat impertinent, et Osono, une boulangère au cœur d'or, Kiki devra redoubler d'efforts pour s'intégrer et lancer son commerce : un service de livraison unique en son genre...!

     Mon avis : Étant fan absolue des studio Ghibli, j'avais adoré Kiki la petite sorcière, j'étais évidemment très intriguée lors de l'annonce d'une traduction française pour le livre jeunesse dont il a été tiré ! C'est un joli roman jeunesse qui est complémentaire au film d'animation. Si vous vous attendez à la même histoire on en est bien loin, certes on voit tout de suite certains passages sur lesquels Hayao Miyazaki s'est inspiré ou a fait un clin d’œil mais seules les grandes lignes y sont. C'est un roman initiatique où chaque chapitre est le début d'une nouvelle aventure pour la jeune Kiki. Après son départ tant attendu et à la fois redouté, la jeune fille déchante très rapidement : a-t-elle bien fait de vouloir absolument voir la mer et choisir une grande ville ou aurait-elle dû écouter sa maman qui lui conseillait de choisir une ville de taille équivalente à son village natal ? Ce qui est intéressant c'est que les situations s'enchainent et nous permettent de voir toute la remise en question et l'évolution d'une jeune fille entrant dans l'âge adulte. L'auteure le fait de manière très fluide en y incorporant des demandes pleines de légèretés ou au contraire d'actions comme le sauvetage de la grande horloge pour le nouvel an. J'ai pris énormément de plaisir à retrouver une Kiki téméraire, pleine de sincérité et un brin timide au cours de cette première année sans ses parents.


    votre commentaire
  • Bull Mountain
    Brian Panowich
    Traduit de l'américain par Laure Manceau
    Babel Noir - 2018
    9782330096953

    Résumé éditeur : Chez les Burroughs, on est hors-la-loi de père en fils. Depuis des générations, le clan est perché sur les hauteurs de Bull Mountain, en Géorgie du Nord, d’où il écoule alcool de contrebande, cannabis et méthamphétamine jusque dans six États, sans jamais avoir été inquiété par les autorités. Clayton, le dernier de la lignée, a tourné le dos à sa fratrie en devenant shérif du comté. À défaut de faire régner la loi, il maintient un semblant de paix. Jusqu’au jour où débarque Holly, un agent fédéral décidé à démante­ler le trafic des montagnards. Clayton se résout alors à remonter là-haut pour proposer un marché à son frère. Il sait qu’il a une chance sur deux de ne pas en redescendre. Ce qu’il ignore, c’est que Holly en a fait une affaire personnelle, et que l’heure des pourparlers est déjà passée. Roman noir rural et déchirant salué par bon nombre d’auteurs fameux, à commencer par James Ellroy, Bull Mountain se lit comme l’histoire de Caïn et Abel dans un Sud plus poisseux que jamais.

     Mon avis : Un western qui me faisait le l’œil depuis sa sortie grand format, quelle ne fût pas ma joie quand il a été choisi pour notre lecture commune cette année ! Bienvenu chez les Burroughs où dès les premières pages la tension est palpable et la mort rode au sein de cette famille vivant de divers trafics. Le roman est construit avec plusieurs chapitres ayant pour point de vue un des personnages et alternant le présent (l'année 2015) avec le passé pour nous faire remonter jusqu'à plusieurs générations antérieures lors de moment clés au sein de cette famille. J'ai adoré l'atmosphère et ces plongés d'une période à l'autre qui vont nous aider à comprendre ce qui va arriver. Déclenché par Simon Holly, cet agent fédéral, vient pour une proposition simple que Clayton Burroughs, shérif actuel de la ville, n'a qu'à faire à son frère.. Une histoire de famille somme toute classique mais qui nous dépayse et nous entraine au fin fond de cette Géorgie si bien dépeinte par l'auteur ! Il faut toute fois accepter d'être baladé par l'auteur d'un individu à l'autre ce qui peux gêner certains lecteur.
    Je viens d'apprendre qu'il y a une suite, alors je vous reparlerai peut-être plus tard de cette famille des montagnes !


    votre commentaire
  • Le Bûcher de MooreaLe Bûcher de Moorea
    Patrice Guirao
    La Bête Noire - 2019
    9782221238899 

    Résumé éditeur : Derrière chaque paradis, il y a un enfer. Bienvenue en Polynésie ! 
    Dans le lagon de Moorea, les eaux calmes et bleues bercent quelques voiliers tranquilles. Les cocotiers dansent au vent. Les tiarés exhalent leur parfum. Pourtant, à l’abri de la forêt, des flammes se fraient un chemin vers le ciel. Lilith Tereia, jeune photographe, tourne son appareil vers le bûcher. Devant son objectif, des bras, des jambes, des troncs se consument. Et quatre têtes. Pour quels dieux peut-on faire aujourd’hui de tels sacrifices ? Avec Maema, journaliste au quotidien de Tahiti, Lilith est happée dans le tourbillon de l’enquête. Les deux vahinés croiseront le chemin d’un homme venu de France chercher une autre vie. Un homme qui tutoie la mort.

     Mon avis : Un polar vraiment original qui nous transporte à Tahiti et donne la parole à une toute autre culture et mode d'écriture : le polar noir azur. Les polars des îles sont rares et je vous avoue que j'y suis allée à fond car j'étais très curieuse de découvrir cet univers. Pour être dépaysé on l'est ! Entre ces odieux crimes laissés sans explications et Nael qui reste le personnage le plus énigmatique de l'histoire dont le parcours commence en France jusqu'à rejoindre Lilith, notre photographe de Moorea, en quête de vérité. Après je vais être honnête, c'est l'une des histoires les plus étranges que j'ai pu lire en polar jusqu'à présent. En fait jusqu'aux dernières pages j'ai eu du mal à suivre où l'auteur voulait nous mener car je m'attendais vraiment à ce que cet étrange bûcher soit le centre de tout du début à la fin. Or il va très vite passé au second plan pour nous plonger dans une course contre la montre entre un tueur en série - fou ou habité par le don du langage la question reste ouverte - et sa recherche de vérité et là j'avoue que l'auteur m'a perdu car au final je n'ai pas trouvé les réponses à toutes mes questions, c'était dur pour certaines scènes mais au final j'ai refermé le roman sans savoir réellement ce que j'en avais pensé. Cet aspect là m'a laissé un gout doux amer en bouche par-contre l'enquête sur le démembrement de quatre personnes m'a vraiment passionné sur le fond que l'auteur en a dégagé, ça m'a interrogé, interpelé, idem sur la notion de mana dont parle Raymond qui semble habiter certains personnages, tout cela m'a beaucoup intrigué et me donne envie de découvrir d'autres auteurs de polar noir azur ! Un somme je dirais que ce livre était une découverte inattendue et plutôt étrange...


    votre commentaire
  • Blood OrangeBlood Orange
    Harriet Tyce
    Traduit de l'anglais par Johan-Frédérik Hel Guedj
    La Bête Noire - 2018
    9782221218556 

    Résumé éditeur : Alison Wood est avocate pénaliste. À mesure que sa carrière décolle, sa vie familiale se dégrade : elle passe ses journées à plaider et ses soirées dans les bars pour décompresser. Patrick, un collègue avec qui elle entretient une liaison toxique, souffle le chaud et le froid et l’humilie tout autant qu’il se sert d’elle. Pourtant, Alison n’arrive pas à décrocher. Quand Patrick lui confie sa première affaire de meurtre, elle se plonge dans l’histoire de sa cliente, Madeleine, qui a poignardé son conjoint d’une quinzaine de coups de couteau. Au fil de leurs entretiens, Madeleine se livre : son mari diluait la pilule contraceptive dans son thé, examinait toutes ses dépenses, prenait toutes les décisions… Petit à petit, leurs deux vies se font écho. Qui contrôle qui ? Et si, avant de défendre les autres, Alison commençait par se défendre elle-même ?

     Mon avis : Probablement le polar qui m'a mis le plus mal à l'aise après L'Empathie ! Un thriller domestique hautement psychologique. Honnêtement, j'ai du mal à savoir si je l'ai détesté ou adoré mais une chose est sûre : l'auteure maitrise son sujet ! On est baladé pour un final arrivant comme un uppercut dans notre face et pourtant tout du long j'ai détesté notre personnage principal. J'en suis arrivée à un stade où l'idée d'être célibataire me réconfortait face à ce couple en total naufrage où on se demande vraiment comment son mari peut supporter Alison, sa façon d'être complètement à la ramasse et se laissant envahir par sa relation des plus toxique avec son collègue... Je l'ai détestés du plus profondément de mon être et pourtant, j'ai fini par la plaindre, j'étais même choquée par les propos extrêmement durs qu'elle va se prendre en pleine figure bref c'est la première fois que je déteste autant le personnage principal d'un roman mais que je dévore quand même ce dernier avec avidité. Car la narration à la première personne nous met vraiment dans sa tête, elle si égocentrique mais qui semble incapable de faire les bons choix concernant ce qu'elle veut ! Entre l'envie de la secouer, la froideur extrême de son mari où au départ je me posais vraiment la question "mais qu'est ce qu'elle a bien pu faire pour en arriver à ça dans sa vie de famille ?" (et je ne vous parle même pas de son collègue et amant, le mec toxique au possible qui la siffle dès qu'il a besoin avant de la jeter...) bref ce polar je l'ai lu complètement à fond dedans mais complètement indignée par son attitude à se laisser faire, complètement écœurée par certains mots ou passages bref c'est le genre de lecture dont on connait pourtant le scénario par cœur tant il est classique mais qui est tellement bien amené et dont la psychologie des personnages nous prend tellement qu'on passe un super moment !


    votre commentaire
  • Il est grand temps de rallumer les étoilesIl est grand temps de rallumer les étoiles
    Virginie Grimaldi
    Fayard - 2018
    9782213709703 

    Résumé éditeur : Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers. Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
    À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.
    Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
    Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin. 

    Anna, Chloé, Lily. Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent. Une merveille d’humour, d’amour et d’humanité.

     Mon avis : Cette semaine j'ai enfin franchi le pas, j'ai enfin testé un roman de Virginie Grimaldi, après avoir essayé Agnès Ledig (que j'ai bien aimé) et Aurélie Valogne (que j'ai détesté) j'ai commencé avec une mini pointe d’appréhension ce roman qui vient de sortir en poche et qui m'attendait depuis 1 an dans ma PAL.
    Alors le verdict : j'ai adoré, mieux que ça j'ai lu ce livre en quasiment 24H tant je n'arrivais pas à le lâcher ! L'alchimie a directement operé et je me suis régalée dans ce roman qui invite au voyage et qui pose la question (ou plutôt mes les pieds carrément dans le plat) sur la question des relations mère-fille. En effet, la narration nous permet de découvrir trois points de vues, Anna - la maman dépassée qui ne voit quasiment plus ses filles et qui tente comme elle peut de combler les dettes, Chloé - bientôt 18 ans qui tient un blog et rêve de pouvoir voler de ses propres ailes mais aussi de trouver l'amour et enfin Lily, la petite dernière qui voit le monde à sa façon et qui anime la famille avec ses répliques dignes de recevoir un oscar. Alors que chacune fait face à ses problèmes, Anna est licenciée avec une seule chance de pouvoir enfin éponger toutes les dettes, mais contre toute attente, cette maman va décider d’emmener ses filles en voyage afin de toutes se retrouver et resserrer les liens familiaux. De pages en pages, on rit, on a envie de pleurer, on s'émeut bref toutes les émotions y passent sans jamais tomber dans le cliché ! C'est justement ce point qui m'a beaucoup accroché car les personnages dépeints par l’auteure sont tout de suite attachants et ultra réalistes ! J'ai été embarqué par cette histoire racontée d'une plume légère et pleine de justesse qui rend le tout agréable.

    Il est grand temps de rallumer les étoiles


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique