• SurfaceSurface
    Olivier Norek
    Michel Lafon - 2019
    9782749934983

    Résumé éditeur : Ici, personne ne veut plus de cette capitaine de police. Là-bas, personne ne veut de son enquête. 

    Mon avis : Mon deuxième Olivier Norek et comment vous dire qu'avant même la moitié du livre je savais que ce serait un énorme coup de cœur ? Dès les premières pages on y est, dans cette ambiance ultra réaliste où l'on sent que tout peut basculer d'un moment à l'autre. Et Noémie va l'apprendre à ses dépends, une simple interpellation, tout est fait dans les règles avec son équipe, mais ce qu'elle n'avait pas prévu, c'est la balle qui va lui exploser tout un côté du visage et changer sa vie à jamais... On est traumatisé avec elle par cette sensation d'être nous mais pas tout à fait la même, la rejet de certains, la peur de se confronter à son nouveau moi, le regard des autres... et son seul échappatoire reste le boulot. Sauf qu'avec un tel traumatisme, la réalité la rattrape et sa direction va tout faire pour la mettre au placard. Et pour cela, ils vont l'envoyer au fin fond de la France, à Decazeville pour une enquête interne afin de faire fermer cette brigade où rien ne se passe jamais pour nécessité de maintenir une équipe. La parisienne y va à reculons et découvre les contraintes du monde rural. On sent que Norek dénonce encore une fois à travers ce polar noir certaines réalités car dans les faits, les gens se sont réellement battus pour que cette brigade reste en poste dans la ville il y a quelques années. Je le sais car je connais bien cette ville où j'ai grandi. Un clin d’œil complètement inattendu qui m'a d'autant plus mis complètement dans le livre.

    L'auteur tire bien son épingle du jeu avec ce titre aux multiples sens qui va si bien à ce polar rural. Surface comme le lac artificiel près duquel Noémie va vivre, mais aussi comme ce visage qu'elle ne reconnait plus et enfin, cette ville en apparence si tranquille qui va pourtant voir surgir du passé ses fantômes les plus noirs... Énorme coup de cœur ! 
    PS : si vous lisez aussi l'auteur Lebel et Favan vous allez bien rire du clin d'oeil qu'Olivier leur a fait...


    votre commentaire
  • Si je mens, tu vas en enfer
    Sarah Pinborough
    Traduit de l'anglais par Paul Benita
    Préludes - 2019
    9782253045649

    Résumé éditeur : LISA
    Brisée par un passé tragique, elle n'a d'autre rêve qu'une vie sans histoire, à l'abri des regards avec sa fille, Ava. 

    AVA
    Quand l'adolescente sauve un petit garçon de la noyade, et qu'elle devient une héroïne locale, leur monde menace de s'effondrer. 

    MARILYN
    Femme parfaite, mari parfait, maison parfaite et boulot idéal. Pourtant, lorsque la vie de sa meilleure amie, Lisa, est sur le point de s'écrouler, la sienne bascule.  Un instant aura suffi à bouleverser l'existence de ces trois femmes. Il y a des secrets qu'il vaudrait mieux ne jamais voir ressurgir. Et des fautes qu'on ne peut pas oublier.
     

    Mon avis : Voilà un thriller psychologique exactement comme je les aime ! Addictif, et prenant, le nouveau polar de Sarah Pinborough nous captive du début à la fin, après tout personne ne peut fuir son passé bien longtemps... J'étais embarquée et complètement passionnée par ces personnages inattendus aux passées que l'on sent bien cabossés dès les premiers chapitres qui nous mènent en bateau juste comme il faut. Car au départ, on sent quand même pas mal de choses venir, on fait ses propres pronostics en se disant "heu c'est un peu facile quand même" et puis là, sans prévenir, l'auteure vous retourne le cerveau d'un seul coup, en seulement quelques pages avant de vraiment tomber dans l'horreur. Car si vous vous attendez à un simple conflit familial, l'auteure gratte bien plus loin et plus profond. Le fait que chaque chapitre soit le point de vue d'un personnage et alterne entre un "avant", "après", "maintenant" nous aide peu à peu à mieux cerner Lisa et de quoi elle se cache mais aussi à mieux la détester ou compatir car dans ce roman rien n'est simple et ça tout le monde va vite le comprendre de gré ou de force... Une pépite que je vous recommande donc et une auteure que je vais suivre avec intérêt !


    votre commentaire
  • Cadavre, vautours et poulet au citronCadavre, vautours et poulet au citron
    Guillaume Chérel
    J'ai Lu - 2019
    9782290169544

    Résumé éditeur : Jérôme Beauregard, « détective public », reçoit un coup de fil d’un ami parti s’installer en Mongolie – ou plutôt un appel à l’aide : celui-ci a reçu des menaces après avoir tué un homme accidentellement. Dans la capitale mongole où il part le rejoindre, Jérôme découvre la vie d’expatrié, à base de fêtes, sexe, bagarres et d’alcool. Mais derrière les apparences festives, il comprend que le danger rôde.Le voilà plongé dans une aventure où se côtoient ninjas, chamans et bikers nazis, et il lui faudra éviter les tueurs à ses trousses dans le désert de Gobi. Bref, se méfier des loups d’Oulan-Bator qui feront tout pour l’empêcher d’accomplir sa mission. 

    Mon avis : Pour la venue de l'auteur au boulot, j'avais pour mission de lire ses deux derniers romans et j'ai passé un super moment ! Moi qui aime particulièrement les thrillers et la psychologie dans les polars j'ai cette fois changé complètement de registre. Son héro Jérôme Beauregard va nous raconter comment il s'est retrouvé en plein désert, seul avec deux cadavres. Je préfère prévenir, les amateurs de polar bien glauque ou qui aiment l'action pure et dure peuvent passer leur chemin car ils risquent de bien s'ennuyer s'ils n'aiment pas sortir des sentiers battus. Guillaume Chérel a un style très particulier, si je devais décrire objectivement la construction de ses histoires c'est un peu comme si vous étiez au bar et qu'un ami un peu éméché tentait de vous raconter une histoire. C'est complètement décalé, très drôle, et le pire c'est que toute l'histoire tient la route ! 
    Alors Cadavre, vautours et poulet au citron ça parle de quoi ? Reprenez d'abord un verre de vodka ! Un ancien journaliste va partir en Mongolie aider son ami - rencontré sur facebook et expatrié depuis plusieurs années là-bas -  qui reçoit des menaces de mort et qui souhaite engager Jérôme pour découvrir qui s'en prend à lui. Mais lorsque notre héro arrive à la capitale, c'est une toute autre histoire et les soirées de beuveries et de maisons closes s'enchaînent. Plus le temps passe, plus Jérôme va se demander ce qu'il fait là... Et nous aussi ! On se laisse balader de fil en aiguille avec tous les aléas qui vont lui tomber dessus et quel plaisir, on change d'air !  En toute honnêteté, c'est le genre d'histoire qui en temps normal m'aurait complètement ennuyé mais le style de l'auteur et les scènes complètements cocasses de ce livre m'ont complètement emporté du début à la fin ! Les jeux de mots potaches, les situations, la narration, bref tout m'a plu. Je me suis marrée (parfois comme une grosse vache), c'est le genre de livre à la fois pépite et inclassable qu'on aime découvrir pour se couper complètement du quotidien. C'est original, bien barré, construit vraiment de manière décalé et c'est un délice car aucun polar ne peut y ressembler ! De plus, ma rencontre avec Guillaume - qui comme dans ses romans est complètement barré - a été une très agréable surprise ! Merci à toi et j'espère avoir l'occasion de lire d'autres de tes histoires parce que ça fait du bien moral mine de rien de rire autant !


    votre commentaire
  • Harry Potter (4) Et la coupe de feuHarry Potter et la coupe de feu
    J.K Rowling
    Traduit de l'anglais par Jean-François Ménard
    Gallimard Jeunesse - 2016
    9782070624553

    Autres volumes du même cycle : À l'école des sorciers ; La Chambre de secrets ; Le prisonnier d'Azkaban ; L'ordre du phénix ; Le Prince de Sang-Mêlé ; Les Reliques de la mort

    Résumé éditeur : Harry Potter a quatorze ans et entre en quatrième année au collège de Poudlard. Une grande nouvelle attend Harry, Ron et Hermione à leur arrivée : la tenue d'un tournoi de magie exceptionnel entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les délégations étrangères font leur entrée. Harry se réjouit... Trop vite. Il va se trouver plongé au cœur des évènements les plus dramatiques qu'il ait jamais eu à affronter.

     

    Mon avis : Un quatrième tome que j'ai dévoré avec avidité, délaissant tout le reste juste pour me plonger dans ce monde de magie qui promet une année plus sombre et éprouvante pour Harry. Que ce soit  ses amitiés, ses amours, les cours et la confiance envers les gens qui l’entourent, cette quatrième année à Poudlard va tout remettre en cause.... L'auteure réussi une fois encore à nous entrainer dans le monde des sorciers et leur tradition à tel point que l'on s'y croirait ! Ce tome est beaucoup plus conséquent et plus sérieux que les précédents et annoncent un changement de cap pour la suite des aventures du jeune Potter. J'ai adoré du début à la fin me replonger dans cet univers, découvrir de nouvelles contrés à travers ces nouveaux élèves et surtout frissonner en découvrant un peu plus le ministère de la magie et ses fonctions... Je n'ai évidemment qu'une envie : y retourner ! L'attente jusqu'à ma lecture du tome cinq sera longue... D'autant plus que je n'ai pas vraiment regardé les adaptations au-delà du tome cinq. En effet, j'ai détesté les versions films au-delà du troisième, j'ai donc beaucoup d'attentes surtout après ma lecture de ce dernier qui est à sa manière radicalement différent du film. Un classique de littérature jeunesse que je ne regrette pas du tout de lire enfin !

    Harry Potter (4) Et la coupe de feu


    votre commentaire
  • Un bon écrivain est un écrivain mortUn bon écrivain est un écrivain mort
    Guillaume Chérel
    J'ai Lu - 2018
    9782290154526

    Résumé éditeur : Augustin Traquenard doit animer un débat littéraire dans un ancien monastère en compagnie de dix écrivains très médiatiques qui ont tous reçu un mystérieux courrier d’invitation : Frédéric Belvédère, Michel Ouzbek, Amélie Latombe, Delphine Végane, David Mikonos, Kathy Podcol, Tatiana de Roseray, Christine Légo, Jean de Moisson et Yann Moite. Tout est fin prêt pour l’événement. Mais rien ne se passe comme prévu. Dès l’arrivée au monastère, l’histoire dérape... C’est bien connu, un bon écrivain est un écrivain mort ! 

    Mon avis : Un roman que je voulais lire depuis longtemps car il m'avait fait de l’œil en grand format. Si vous souhaitez lire un polar pur, passez votre chemin car on en est bien loin ! Ce court roman est avant tout un délire bien barré de l'auteur sur la littérature contemporaine et une réécriture des Dix Petits Nègres d'Agatha Christie. En effet, alors que ce dernier se trouvait dans un monastère réaménagé en résidence pour écrivains, l'auteur a eu l'idée de génie de créer cette petite histoire... Dix auteurs invités par un mystérieux propriétaire d'une résidence d'écrivains qui souhaite organiser un petit débat entre eux sur la littérature. Les chapitres extrêmement courts sont dans un premier temps jubilatoires et dépeignent des anecdotes ou traits de caractères fortement connus de chacun de ces auteurs français qui jouent au coude à coude dans nos top ventes en librairie. Même Musso et Levy seront courtement du voyage. J'ai beaucoup ris au départ, mais à trop vouloir en dire, je me suis finalement un peu lassée, car si ce récit apporte une part de vérité sur notre système éditorial français, l'histoire en elle-même est bien creuse voir inexistante ! Résultat, je suis passée de fou rire à une lecture qui finalement ne gardera aucune trace en moi une fois terminée... C'est le point que j'ai trouvé dommage et qui vient gâcher l'ensemble car cela aurait pu être génial comme concept si il avait été plus approfondi.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique