• Pour toi je décrocherai la LunePour toi je décrocherai la Lune
    Gregory Hughes
    Traduit de l'anglais par Benjamin Legrand
    Seuil - 2013
    9782021093735

    Résumé éditeur :  À la mort de leur père, Bob, douze ans, et sa sœur Marie-Claire, dix ans, se retrouvent sans famille. Pour échapper à l’orphelinat, ils s’enfuient à New York, où ils espèrent être adoptés par un oncle qu’ils n’ont jamais vu. Les voici bientôt à Manhattan, livrés à eux-mêmes. Commence alors une aventure extraordinaire, pleine de rebondissements et de personnages étonnants, comme seuls les enfants savent en inventer. Car Bob et Marie-Claire possèdent un pouvoir fabuleux : celui de se faire des amis, même au cœur de la nuit ! Un périple incroyable conduit par une fillette qu’on n’est pas près d’oublier. Drôle, libre, bouleversant d’humanité.

    Mon avis : Si le début ne m'avait pas trop emballé, notamment à cause du personnage qu'est Marie-Claire, j'ai finie par me prendre d'affection pour ses deux enfants livrés à eux même et leur tragiques destins qui se transforme en une grande aventure pleine d'humour. Ce qui en fait un bon livre, c'est que l'auteur n'oublie pas de nous rappeler, à travers ces enfants, la dureté de la vie.


    votre commentaire
  • 20 ans avec mon chat20 ans avec mon chat
    Mayumi Inaba
    Traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu
    Philippe Picquier - 2014
    9782809709896

    Résumé éditeur :  Tout a commencé avec la rencontre 'un chaton égaré. Une boule de poils vaporeuse accrochée de toutes ses griffes au grillage d'un collège près de Tokyô.
    Une chatte friande de sardines et de bonite aigre-douce, qui va s'introduire dans la vie de l'auteur pour très longtemps.
    Mî va partager avec elle quatre-vingts saisons, la rendre sensible à l'odeur du vent, aux signes de la nature, à la température de la lumière, et accompagner chacune des transformations de sa vie. Car ce roman étoilé de poèmes est aussi celui d'une femme habitée par le désir d'écrire, qui tous les soirs égrenait sur le papier des choses qui apparaissaient, ou disparaissaient, les yeux posés sur Mî blottie à ses côtés. La naïve et craintive chatte va se transformer, avec la vieillesse, en une belle endormie, et sa maîtresse, presque sans s'en apercevoir, va devenir écrivain.

    Mon avis : Un livre assez touchant, plus autobiographique qu'autre chose mais on prend plaisir à suivre les choix de vie de l'auteur pour qui son nouveau compagnon lui change sa façon de voir et d'agir de façon presque radicale. Je m'attendais à trouver des petites anecdotes drôles sur son chat mais celle-ci axe plutôt son récit sur son rapport à l'écriture et à son mode de vie que vraiment son chat. Il n'est donc pas aussi indispensable et sympathique (moi qui n'aime pas trop les biographie en plus) que je l'avais cru.


    votre commentaire
  • DoglandDogland
    Tim Willocks
    Traduit de l'anglais par Benjamin Legrand
    Syros - 2012
    9782748511796

    Résumé éditeur : Ses muscles se lancèrent dans un double galop. Ses coussinets martelaient la roche. Son sang de lévrier lui donnait vitesse et puissance. Son sang de chien-loup, endurance et courage. Au lieu de se sentir faible, il se sentait fort. Et alors il comprit quelque chose d'extraordinaire. Même si le tunnel était noir comme une nuit sans étoile, et alors même qu'il courait à toute vitesse, il ne se heurtait pas aux parois qui n'étaient qu'à quelques centimètres de lui. Furgul ne savait pas pourquoi. Il ne faisait que courir. Puis un vent étrange souffla, venu du tunnel derrière lui. Et - comme si un fantôme avait chuchoté à son âme - Furgul entendit l'appel des Doglands.

    Un roman d'aventure universel, plein de bruit et de fureur, de rebondissements et d'action. Un conte poétique et sauvage.

    Mon avis : Un combat universel, celui de la liberté. Même si l'histoire est du point de vue d'un chien, qui nous dévoile les secrets de certains trafics de chiens (le lévrier ici). Je n'ai pu qu'adhérer et suivre son aventure avec appétit et envie (oui j'adore les chiens, donc forcément ça m'a plus). D'un point de vue plus styliste j'ai quand même une petite déception sur les trop nombreuses répétitions qui m'ont parfois un peu énervée mais c'est un livre jeunesse après tout. Conseillé à partir de 12 ans par l'éditeur il pourra également séduire les adultes, amoureux des chiens, qui font abstraction des répétitions de prénoms.


    votre commentaire
  • 19841984
    George Orwell
    Traduit de l'anglais par Amélie Audiberti
    Folio - 1972
    9782070368228

    Résumé éditeur :  « De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d'en face. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétraient les yeux de Winston... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule comptait la Police de la Pensée. »

    Mon avis : Un histoire toujours d'actualité sur le fond : la guerre, les classes sociales et les masses média trafiquées. On suit le questionnement d'un individu qui commence à percevoir les failles du système, sa chute mais également tout une méthode psychologique pour changer sa mentalité. Un livre brillant qu'il est pour moi nécessaire de connaitre et de lire absolument au moins une fois dans sa vie ! C'est très bien et écrit et pensé. Il fait également beaucoup plus réfléchir que Fahrenheit 451.


    votre commentaire
  • Un ciel rouge le matinUn ciel rouge le matin
    Paul Lynch
    Traduit de l'anglais (Irlande) par Marina Boraso
    Albin Michel - 2014
    9782226256072

     

    Résumé éditeur :  Tableau âpre et ténébreux de l'Irlande du XIXe siècle et de sa brutale réalité sociale, Un ciel rouge, le matin possède la puissance d'évocation des paysages de Donegal où il se déroule en partie. Le lyrisme sombre et poétique de Paul Lynch, qui signe là un remarquable premier roman, en exprime la force autant que les nuances, entre ombre et lumière.
    Printemps 1832. Coll Coyle, jeune métayer au service d'un puissant propriétaire anglais, apprend qu"il est expulsé avec feme et enfants de la terre qu'il exploite. Ignorant la raison de sa disgrâce, il décide d'aller voir l'héritier de la famille, qui règne désormais en maître. Mais la confrontation tourne au drame : Coll Coyle n'a d'autre choix que de fuir. C'est le début d'une véritable chasse à l'homme, qui va le mener de la péninsule d'Inishowen à Londonberry puis aux États-Unis, en Pennsylvanie. Pleine de rage et d'espoirs déçus, son odyssée tragique parle d'oppression et de vengeance, du lien viscéral qui unit les hommes à leur terre.

     

    Mon avis : Pour commencer, je n'ai pas accroché à la construction choisi par l'auteur. En effet, le livre se compose de trois parties avec à certains paragraphes des changements de points de vues des personnages, voire des extraits de lettres. Certains personnages dont leur été consacré des paragraphes disparaissent sans que l'on ne sachent vraiment ce qu'il leur arrive. Concernant l'histoire, j'ai beaucoup accroché à cette chasse à l'homme même si la fin m'a un peu déçue. On y comprend ce que ça fait d'être " mangé par plus gros que soi " mais la fin ne dévoilent pas toutes les réponses, chose que je trouve frustrante. Mon avis est donc assez mitigé compte tenu de l’accueil qu'à fait la presse sur ce livre néanmoins, le style de l'auteur est merveilleux.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique