• Soyez imprudents les enfantsSoyez imprudents les enfants
    Véronique Ovaldé
    Flammarion - 2016
    9782081389441

    Résumé de quatrième de couverture :  " Soyez imprudents les enfants " , c'est le curieux conseil qu'on a donné à tous les Bartolome lorsqu'ils n'étaient que de jeunes rêveurs - et qui explique peut-être qu'ils se soient aventurés à changer le monde.
    " Soyez imprudent les enfants " , c'est ce qu'aimerait entendre Atanasia, la dernière des Bartolome, qui du haut de ses 13 ans espère ardemment qu'un événement vienne bousculer sa trop tranquille adolescence. Ce sera la peinture de Roberto Diaz Uribe, découverte un matin de juin au musée de Bilbao. Que veut lui dire ce peintre, qui a disparu un beau jour et que l'on dit retiré sur une île inconnue ? Atanasia va partir à sa recherche, abandonner son pays basque natal et se frotter au monde. Quitte à s'inventer en chemin.
    Dans ce singulier roman de formation, Véronique Ovaldé est comme l'Espagne qui lui sert de décor : inspirée, affranchie et désireuse de mettre le monde en mouvement.

    Mon avis : Je n'ai jamais lu cette auteur et c'est donc avec joie que j'ai décidé de commencé par son nouveau roman qui parle de famille, d'histoire et d'art ! J'ai résisté 150 page avant d'abandonné... Pourquoi ? D'abord parce que le narrateur parle coup à coup d'elle à la première et troisième personne et ça m'a légèrement agacé... Ensuite, parce que l'histoire n'avance que très lentement... On apprend au fil d'un flot continue d'information le contexte historique, des histoires de famille le tout pèle-mêle. C'est sympa vous me direz sauf que quand on a adoré La Maison aux esprits qui reste sur les mêmes thèmes mais en Amérique du sud et bien ici on s'ennuie ferme et on trouve ça un bon cran en dessous...

    Soyez imprudents les enfants


    votre commentaire
  • L'Insouciance 18 aoutL'Insouciance
    Karine Tuil
    Gallimard - 2016
    9782070146192

    Résumé de quatrième de couverture :  De retour d’Afghanistan où il a perdu plusieurs de ses hommes, le lieutenant Romain Roller est dévasté. Au cours du séjour de décompression organisé par l’armée à Chypre, il a une liaison avec la jeune journaliste et écrivain Marion Decker. Dès le lendemain, il apprend qu’elle est mariée à François Vély, un charismatique entrepreneur franco-américain, fils d’un ancien ministre et résistant juif. En France, Marion et Romain se revoient et vivent en secret une grande passion amoureuse. Mais François est accusé de racisme après avoir posé pour un magazine, assis sur une œuvre d’art représentant une femme noire. À la veille d’une importante fusion avec une société américaine, son empire est menacé. Un ami d’enfance de Romain, Osman Diboula, fils d’immigrés ivoiriens devenu au lendemain des émeutes de 2005 une personnalité politique montante, prend alors publiquement la défense de l’homme d’affaires, entraînant malgré lui tous les protagonistes dans une épopée puissante qui révèle la violence du monde.

    Mon avis : Un roman très ambitieux et actuel qui nous fait découvrir le temps de quelques mois trois hommes aux parcours très différents allant de l'homme d'affaire franco-americain au petit soldat revenu de l'Afghanistan marqué à jamais. Le lien entre eux est double : il y un homme, le troisième narrateur qui est un jeune noir originaire de Clichy-sous-bois qui a réussi à se hisser au palais de l'Elyssée. Et Marion Decker, une jeune journaliste romancière femme de François et amoureuse de Romain notre soldat en pleine dépression. Tout ce petit monde subit à son échelle la chute, celle qui pousse un homme au suicide et donne l'impression d'être sans retour possible. L'écriture de Karine Tuil est très dense, bourrée de détails faisant presque croire à une histoire vraie romancée. Cette densité demande un certains temps de lecture pour dévorer les cinq cent pages qui composent ce récit. De Paris à Bagdad, l'auteure nous entraine dans ce récit choral, passionnant mais aussi glaçant sur la nature humaine, les médias, l'élite et les guerres actuelles... Bref un coup de cœur qui se retrouve dans pas mal de sélection de prix littéraire !

    L'Insouciance


    votre commentaire
  • Une bouche sans personneUne bouche sans personne
    Gilles Marchand
    Aux Forges de Vulcain - 2016
    9782373050134

    Résumé de quatrième de couverture :  Un homme vient tous les soirs dans le même bar pour y retrouver ses amis. Personne ne sait rien de lui, ci ce n'est qu'il cache une cicatrice derrière son écharpe. Lorsqu'un jour il décide de raconter son douloureux passé, la fantaisie prend le relais et nous emmène à la rencontre d'une galerie de personnages improbables : un éléphant dégonflé, une mouche qui danse, un voisin spéléologue, un trapéziste, un orchestre tzigane. Pourquoi ces détours et ce besoin d'imaginaire ? Que cachent cette écharpe et cette cicatrice ? Un premier roman pudique, poétique, humain, amical, drôle et douloureux aussi, servi par une plume allègre et ciselée.

    Mon avis : Un premier roman dur à décrire tant c'est un ovni ! Le style est simple, enchanteur, absurde et lorsqu'on commence à lire les premiers chapitres on ne sait pas trop dans quoi on s’embarque. Routine ennuyante, poubelles s'accumulant, fuite, vie et visage brisé ? C'est un tout où l'absurde s'insère si bien dans la réalité que je me suis à peine demandé si tout cela avait une logique. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman léger et pourtant si tragique... C'est intimiste et avec des allures d'Amélie Poulain qui nous donnent une lecture absolument passionnante, originale et surtout qui nous donne une bouffée d'air frais ! Talent à découvrir Cultura 2016.

    Une bouche sans personne


    votre commentaire
  • Demain les chatsDemain les chats
    Bernard Werber
    Albin Michel - 2016
    9782226392053

    Résumé de quatrième de couverture :  Pour nous, une seule histoire existait : celle de l'humanité. Mais il y a eu LA rencontre. Et eux, les chats, ont changé à jamais notre destiné.

    Mon avis : Je n'avais jamais encore lu cet auteur renommé et de ce fait j'étais très curieuse de découvrir son univers. L'idée me paraissait ambitieuse puisque j'adore les chats et les récits du point de vue des animaux (notamment Dogland). Sur les soixante premières pages j'ai eu l'impression de lire un roman jeunesse... Quelle déception je m'attendais à un style d'un niveau tout autre et cela m'a vraiment bloquée. Le livre se lit certes très facilement mais j'ai plutôt eu l'impression de lire un roman ado que quelque chose destiné à un public plus mature. Le quotidien d'une minette qui veut communiquer avec son humaine, pourquoi pas mais aller y placer un attentat juste en bas de sa maison, comme par hasard... C'est un peu gros pour moi ! Si je devais résumer sans trop vous spoiler je dirais que le soucis de ce roman c'est que l'intrigue comme les personnages sont trop manichéens et du coup je n'ai pas réussi à accrocher, il y avait des pistes intéressantes notamment le parallèle entre l'Histoire de l'homme et celle des chats sauf que ces pistes philosophiques ne sont au final pas abouties ou aurait mérité d'être plus creusée comme c'est le cas de la guerre civile qui frappe Paris dans le livre... On n'en sait pas plus... Voilà j'ai été très déçue et honnêtement je ne retenterais pas l'expérience avec cet auteur qui plaira surement au très grand public et aux ado mais pour moi ce n'est pas passé !

    Demain les chats


    1 commentaire
  • La Fille dans le brouillard 1 er septLa Fille dans le brouillard
    Donato Carrisi
    Traduit de l'italien par Anaïs Bouteille-Bokobza
    Calmann Levy - 2016
    9782702160183

    Résumé de quatrième de couverture :  Une jeune femme est enlevée dans un paisible petit village des Alpes. Le coupable est introuvable, et voilà que la star des commissaires de police, Vogel, est envoyé sur place. De tous les plateaux télé, il ne se déplace jamais sans sa horde de caméras et de flashs. Sur place, cependant, il comprend vite qu’il ne parviendra pas à résoudre l’affaire, et pour ne pas perdre la face aux yeux du public qui suit chacun de ses faits et gestes, il décide de créer son coupable idéal et accuse, grâce à des preuves falsifiées, le plus innocent des habitants du village : le professeur d’école adoré de tous. L’homme perd tout du jour au lendemain (métier, femme et enfants, honneur), mais de sa cellule, il prépare minutieusement sa revanche, et la chute médiatique de Vogel.

    Mon avis : Mon premier roman de Donato Carrisi, je sais que tous reprennent le même personnage principal et chaque livre fait référence à ses précédentes affaires mais ce n'est pas gênant de ne pas commencer par le premier. On comprend vite que les manières étranges de Vogel ne sont pas si dénuées de sens et surtout, jusqu'au bout la question de cette fillette reste en suspens ! Qui avait des raisons de s'en prendre à elle dans cette petite communauté très religieuse où tout le monde connait tout le monde ? J'ai frissonné de voir à quel point la machine judiciaire et les médias pouvait briser un innocent mais surtout, la fin m'a littéralement laissé sur le cul ! Je ne vous en dis pas plus évidement, car elle reste un peu tirer par les cheveux mais l'auteur sait nous montrer avec perfection la cupidité humaine !

    La Fille dans le brouillard


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique