• Hazel Wood

    Hazel WoodHazel Wood
    Mélissa Albert
    Traduit de l'américain par Maud Ortalda
    Milan - 2018
    9782745991713 

    Résumé de quatrième de couverture : Hazel Wood, la résidence légendaire d'Althea Proserpine, auteure des célèbres Contes de l'Hinterland.
    Hazel Wood, d'où semble s'échapper des personnages inventés par Althea.
    Hazel Wood, où sa petite fille, Alice, va devoir s'aventurer.
    Hazel Wood, dont personne ne revient jamais.
    Et si Hazel Wood était bien plus qu'un simple manoir ? Un leurre ? Une porte sur un autre monde ? Et si Alice était bien plus qu'une simple New-Yorkaise ? Une princesse ? Une tueuse ?
    Il était une fois Hazel Wood.

    Mon avis : Une couverture absolument magnifique qui m'avait tout de suite tapé dans l’œil. Offert par ma meilleur amie en 2018, je ne l'avais pas commencé, freinée par des avis plutôt mitigés dessus. Verdict alors ?
    J'ai beaucoup aimé cet univers noir de conte de fée et voir même oppressant entre une sorte de malchance qui étreint notre héroïne et cette forêt étrange qui semble vivante et qui entoure la fameuse demeure d'Hazel Wood. 
    En revanche le rythme et de manière général la façon dont l'histoire est traitée m'a plus d'une fois donné envie d'abandonner le roman. C'est lent ! Mon dieu que de longueurs en toute honnêteté j'ai commencé à enfin être bien dans ma lecture page cent-cinquante ou deux cent sur presque quatre cent pages ce fût plus que longuet...
    L'intrigue met vraiment trop de temps à se mettre en place à tel point qu'on a envie de secouer Alice plus d'une fois que ce soit pour ses décisions ou sa façon de radoter. J'ai trouvé ça hyper dommage que l'univers à l'intérieur d'Hazel Wood n'arrive que sur les cents dernières pages où là encore j'étais terriblement accro mais avec un sentiment d'inachevé tant certains personnages secondaires sont peu exploités à mon goût.
    En fait j'aurais voulu bien plus de ce monde magique et de contes que du quotidien terne d'une ado renfermée dans une vie qu'elle n'a pas vraiment choisi.  Mon avis rejoint donc ceux déjà vu par le passé à savoir mitigé. Si les 2/3 de la lecture m'a paru longue et sans réelle action intéressante, j'ai tout de même bien adhéré à l'univers qui malheureusement ne nous fait rêver que durant le troisième tiers...

     

    « Les Huit MontagnesC'est lundi que lisez-vous ? #214 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 9 Juin à 09:14
    Bidib

    comme toi je trouve cette couverture magnifique, mais ce que tu dis du roman me fais passer mon chemin, j'ai beaucoup de mal avec les longueurs

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :