• La PatientLe Patient (One-Shot)
    Timothé Le Boucher
    Glénat - 2019
     

    9782344028070

    Résumé éditeur :  À quoi bon se souvenir qu’on a vécu l’enfer ? 
    La police arrête une jeune fille errant dans la rue, couverte de sang, un couteau à la main. En se rendant chez elle, les agents découvrent avec effroi une scène de massacre : toute sa famille a été assassinée... 6 ans plus tard, Pierre Grimaud, l’unique survivant du « massacre de la rue des Corneilles », se réveille d’un profond coma. L’adolescent de 15 ans qu’il était au moment des faits est aujourd’hui un jeune homme de 21 ans. Désorienté, encore paralysé et souffrant d’amnésie partielle, il est pris en charge par le docteur Anna Kieffer, psychologue spécialisée sur les questions de criminologie et de victimologie. Pendant leurs séances, Anna tente de l’amener à se souvenir des circonstances du drame, malgré ses pertes de mémoire. Pierre lui évoque la présence mystérieuse d’un « homme en noir » qui hante ses rêves, probable réponse inconsciente à son traumatisme. Après plusieurs rendez-vous, Anna découvre en Pierre un être sensible et très intelligent. Touchée par son histoire, elle se met même à le prendre en affection. Petit à petit, une véritable complicité s’installe entre eux. Anna n’imagine pas à quel point ce patient va changer sa vie… 
    Après le remarqué
    Ces jours qui disparaissent, Timothé Le Boucher revient avec un ouvrage témoignant une nouvelle fois de sa science narrative exemplaire. S’inscrivant dans une veine plus réaliste, Le Patient est un thriller psychologique prenant et surprenant, laissant entrevoir quelques-uns des thèmes de prédilection de l’auteur : le rapport à l’autre, la notion du « temps », de l’identité et de la mémoire. 

    Mon avis : J'avais adoré découvrir l'univers de Ces Jours qui disparaissent, alors forcément quand j'ai appris que l'auteur sortait un nouveau récit... L'histoire du début à la fin n'est pas ce qu'elle semble être et nous balade entre traumatisme et manipulation. Le message est tout aussi fort que dans sa première histoire car l'auteur aime faire réfléchir son lecteur sans lui donner de réponse tout faite. Ici nous assistons au réveil du jeune Pierre, plongé dans le coma 6 ans après l'assassinat de sa famille. Aujourd'hui seul rescapé, la psychologue qui s'était chargé de sa sœur demande prendre le patient sous aile. À l'époque c'est elle qui s'était occupé de la sœur de Pierre, coupable de cette tuerie mais dont Anna en doute... Au fil de ses séances, nous apprenons à connaître cette famille, Pierre, comment un tel drame a pu arriver et surtout comment se relève-t-on 6 ans après pour tout réapprendre à faire...  C'est à la fois beau, terrifiant et tellement surprenant encore une fois. Timothé Le boucher est sans aucun doute un auteur à suivre de près tant le travail graphique que psychologique sur ses personnages est à chaque fois sublime.


    votre commentaire
  • Un putain de salopardUn putain de salopard (1 en cours)
    Régis Loisel et Olivier Pont
    Rue de Sèvres - 2019
     

    9782369816720

    Résumé éditeur : "Vous voyez, c'est bête, mais je me suis dit que peut-être,  en venant ici, je trouverais quelqu'un qui nous a connus... Qui pourrait me raconter..."

    La nouvelle saga amazonienne de Régis Loisel, magnifiquement mise en scène par Olivier Pont.

    Mon avis : Loisel nous plonge dans l'Amazonie des années 70 avec trois personnages singuliers, dont le chemin va se croiser bien plus étroitement qu'une simple rencontre. Alors que Christelle et Charlotte rejoignent une amie pour un travail, elles font la connaissance du jeune Max, revenu au pays afin d'en savoir plus sur ses origines et découvrir qui est son père... Mais cette entreprise risque bien de lui couter cher car il s’apprête malgré lui à rouvrir de vieilles plaies chez certains locaux... Alors que le début nous apportait fraicheur et sourires, la tension va monter comme l'auteur sait si bien le faire pour nous apporter mille et une questions sur une étrange affaire d'enlèvement et d'avion a jamais disparu... J'ai adoré ce premier tome et notamment le graphisme très doux qui émane de chaque planche.


    votre commentaire
  • Un été sans mamanUn été sans maman (One-Shot)
    Grégory Panaccione
    Delcourt - 2019
     

    9782413013471

    Résumé éditeur : Cet été, Lucie va en Italie. Elle est déposée par sa maman chez un couple d'amis qui ne parlent pas français. Des vacances pas ordinaires vont commencer.

    Mon avis : J'avais adoré "Un Océan d'amour" et me suis plongée avec délice dans cette nouvelle histoire de ce dessinateur aux traits tout en douceurs. Cette fois encore, peu de dialogue et nous voilà en Italie dans un univers où l'enfance et l'onirique s'entre-mêlent pour créer des vacances fantastiques et inoubliables pour la jeune Lucie. Il est assez dur de vous en parler sans trop en dire, mais cette œuvre nous plonge un peu plus dans l'absurde, l’onirique ainsi que sur l'enfance et de réalité. En atteste la trame de fond qui parle d'un drame bien réel. C'est encore une fois poétique, merveilleux, un bon moment de lecture !


    votre commentaire
  • Hope OneHope One (1 en cours)
    'Fan (Stéphane Deteindre)
    Comix Buro - 2019
     

    9782344031407

    Résumé éditeur : Megan Rausch se remet mal de sa léthargie : nausées, troubles de la mémoire, paranoïa... Malgré les traitements et la bienveillance de son partenaire de bord, la jeune passagère glisse au fil des jours dans la folie... Aucun signe de vie au sol. À part eux, tout est mort. Stérile. À quoi bon avoir survécu au cataclysme, si tout retour sur terre semble impossible ?

    Mon avis : J'ai du mal avec la Science-Fiction pure en BD mais là, cette notion de huit-clos m'a interpellé. Megan se réveille dans un vaisseau spatial sans aucun souvenir. Pourtant d'après son compagnon, elle s'est portée volontaire pour embarquer dans une navette et dormir jusqu'à un temps définie pour repeupler la Terre. Mais les souvenirs tardent à arriver, son binôme ne lui dit pas tout, et peu à peu, l'oppression se fait ressentir sans qu'elle n'explique pourquoi... Honnêtement j'ai adoré l'ambiance très énigmatique qui nous plonge avec elle dans l'espace. Ce premier tome nous donne clairement deux choix : où Megan est paranoïaque ou son compagnon est bien plus dangereux que ce qu'il n'y paraît...


    votre commentaire
  • Le fils de l'UrsariLe fils de l'Ursari (One-Shot)
    Cyrille Pomès et Isabelle Merlet
    D'après le roman de : Xavier-Laurent Petit
    Rue de Sèvres - 2019
     

    9782369817802 

    Résumé éditeur : Quand on est fils d'Ursari, on ne reste jamais bien longtemps au même endroit. Parias dans leur propre pays, Ciprian et sa famille échouent à paris où, paraît-il, l'argent coule à flots. La réalité sera infiniment plus rude !
    Adapté du roman de Xavier-Laurent Petit et magnifiquement mis en scène par Cyrille Pomès et Isabelle Merlet, le destin de Ciprian poindre une lueur d'espoir : aucune vie n'est joué d'avance.

    Mon avis : L'adaptation d'un roman jeunesse que je ne connais absolument pas, l'auteur me parle de nom mais je vous avoue avoir approché cette BD par pure curiosité sans trop regarder le résumé. Nous suivons Ciprian et sa famille allant de ville en ville jusqu'à ce que leur voiture les lâche au beau milieu de nulle part. Cette famille ambulante qui vit de chapardage et des spectacles qu'elle donne est plutôt mal vue dans le coin et rapidement menacée de mort. C'est là qu'entre en scène un étrange mafieux leur proposant un voyage jusqu'en France, le pays où tout est permis et l'argent facile. Seulement voilà, l'ours ne peut pas venir, et chacun devra rembourser son passage au centime près dans le mois de leur arrivée sinon le prix se multipliera pour chaque retard.
    Ce voyage, ce nouveau boulot où chaque membre de la famille sera formé nous montre l'envers d'un décor que nous avons l'habitude de voir dans les grandes villes celui des roms faisant la manche et volant... Seulement voilà, c'était sans compter sur le jeune Ciprian et sa rencontre avec les échecs dans le parc du Luxembourg...  On se prend rapidement à cette histoire que le destin même n'avait pas prévu, bien que la fin m'ait semblé un peu trop abrupte pour pleinement apprécier la fin. C'est beau, nous montre une autre réalité que celle des médias traitant du sujet et donne un espoir sur les capacités de l'homme a aidé son prochain dans notre société actuelle. Les coïncidences vont s'enchaîner pour que chacun soit aidé malgré les rouages d'une politique insuffisante sur ce sujet.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique